La Guérison

  

Est-ce que voir mon frère comme le Fils de Dieu est guérissant?

« Je guéris mes frères simplement en acceptant Dieu pour eux. Nos esprits ne sont pas séparés, et Dieu a un seul canal pour la guérison, parce qu’Il a un seul Fils. Le lieu de communication restant entre Dieu et tous Ses enfants les unit entre eux, et les unit à Lui. En être conscient, c’est les guérir, parce que c’est être conscient que nul n’est séparé et qu’ainsi nul n’est malade ».

 

Le Fils de Dieu peut-il souffrir? Croire qu’un Fils de Dieu est malade, c’est croire qu’une partie de Dieu peut souffrir. L’Amour ne peut pas souffrir parce qu’il ne peut pas attaquer. Le Souvenir de l’Amour s’accompagne donc d’invulnérabilité. Même s’il y croit, ne te range pas du côté de la maladie en présence d’un Fils de Dieu, car ton acceptation de Dieu en lui reconnaît l’Amour de Dieu qu’il a oublié. En le reconnaissant pour une partie de Dieu, tu lui rappelles la vérité à son sujet, qu’il nie. Voudrais-tu renforcer son déni de Dieu et ainsi te perdre de vue? Où voudrais-tu lui rappeler son entièreté et te souvenir avec lui de ton Créateur?

  

Que faisons-nous quand nous croyons notre frère malade?

Croire qu’un Fils de Dieu est malade, c’est adorer la même idole que lui. Dieu a créé l’Amour et non l’idolâtrie. La maladie est idolâtrie parce que c’est la croyance que le pouvoir peut t’être enlevé. C’est impossible parce que tu fais partie de Dieu, Qui est tout pouvoir. N’attaque pas la divinité de tes frères, de peur de perdre la tienne de vue.

 

Quelle est la valeur de la santé en ce monde?

La santé en ce monde est l’équivalent de la valeur du Ciel. Quand tu ne t’accordes pas de valeur, tu deviens malade, mais la valeur que je t’accorde peut te guérir, parce que la valeur du Fils de Dieu est une. Quand j’ai dit : « Je vous donne ma paix », je le pensais vraiment. La paix vient de Dieu par moi à toi.

Pourquoi un frère peut-il être malade?

Quand un frère est malade, c’est qu’il ne demande pas la paix; par conséquent, il ne connaît pas qu’il l’a. L’acceptation de la paix est le déni de l’illusion, et la maladie est une illusion. Or, chaque Fils de Dieu a le pouvoir de nier les illusions partout dans le Royaume, simplement en les niant complètement en lui-même. Je peux te guérir parce que je te connais. Je connais ta valeur pour toi, et c’est cette valeur qui te rend entier.

Qui a inventé le dieu de la maladie?

Tu entendras le dieu que tu écoutes! Tu as fait le dieu de la maladie, et en le faisant, tu t’es rendu coupable de l’entendre. Or tu ne l’as pas créé, parce qu’il n’est pas la Volonté du Père. Il n’est donc pas éternel et il sera défait pour toi à l’instant où tu signifieras ton désir de n’accepter que l’éternel.

 

Si Dieu n’a pas créé la maladie comment peut-on être malade?

Si Dieu a un seul Fils, il y a un seul Dieu. Tu partages la réalité avec Lui, parce que la réalité n’est pas divisée. Tu ne peux pas faire ton Père, et le père que tu as fait ne t’a pas fait. Si tu vois le dieu de la maladie où que ce soit, tu l’as accepté.

 

Comment si Dieu t’a créé parfait peux-tu être malade? 

Si Dieu t’a créé parfait, tu es parfait! Si tu crois que tu peux être malade, tu as placé d’autres dieux devant Lui. Dieu n’est pas en guerre contre le dieu de la maladie que tu as fait, mais tu l’es, toi. Si tu attaques le symbole de la maladie, tu le rends réel pour toi. Mais si tu refuses de l’adorer sous quelque forme qu’il t’apparaisse et où que tu penses le voir, il disparaîtra dans le néant dont il a été fait.

 

Est-ce que le Père et le Fils partagent le même Esprit?

Quand tu as fait l’expérience de la protection de Dieu, faire des idoles devient inconcevable. Il n’y a pas d’étranges images dans l’Esprit de Dieu, et ce qui n’est pas dans Son Esprit ne peut pas être dans le tien, parce que vous êtes d’un même esprit et cet esprit Lui appartient. Il est à toi parce qu’il Lui appartient; car la propriété, pour Lui, c’est le partage.

 

Par quel acte le Fils de Dieu amène-t-il le miracle?

Le miracle est l’acte d’un Fils de Dieu qui a mis de côté tous les faux dieux et qui appelle ses frères à faire de même. C’est un acte de foi parce qu’il reconnaît que son frère peut le faire. C’est un appel au Saint-Esprit dans son esprit, un appel renforcé par l’union. Parce que le faiseur de miracles a entendu la Voix de Dieu, il La renforce en un frère malade en affaiblissant sa croyance en la maladie, qu’il ne partage pas. Le pouvoir d’un esprit peut luire en un autre, parce que toutes les lampes de Dieu furent allumées par la même étincelle. Elle est partout et elle est éternelle.

 

Quel est le signe d’allégeance au dieu de la maladie?

Dans le retour, il faut d’abord que la petite lumière soit reconnue, car la séparation fut une descente de l’immensité vers la petitesse. Mets toute ta foi dans la Grande Lumière et Dieu Lui-même te répondra. »

« Les rituels du dieu de la maladie sont étranges et très exigeants. La joie n’est jamais permise, car la dépression est son signe d’allégeance. La dépression signifie que tu as désavoué Dieu. Nier Dieu, c’est nier ta propre identité et en ce sens, le salaire du péché est la mort. 

  

Quand tu juges ton frère malade quelle

répercussion ce jugement a-t-il sur toi?

N’oublie pas, toutefois, que nier Dieu aboutit inévitablement à la projection, et tu croiras que d’autres t’ont fait cela, et non toi.

Tu crois peut-être que tu juges tes frères au message qu’ils te donnent, mais tu les as jugés au message que toi, tu leur donnes. Ne leur attribue pas ton déni de la joie, sinon tu ne peux pas voir l’étincelle en eux qui t’apporterait la joie. C’est le déni de l’étincelle qui apporte la dépression, car chaque fois que tu vois tes frères sans elle, tu nies Dieu.

  

Quel déni exige de toi le dieu de la maladie?

Faire allégeance au déni de Dieu, c’est la religion de l’ego. De toute évidence, le dieu de la maladie exige le déni de la santé, parce que la santé est en opposition directe avec sa propre survie.

 

Quand le Fils de Dieu s’est cru sans Père que s’est-il passé?

La maladie et la mort semblaient entrer dans l’esprit du Fils de Dieu contre Sa Volonté. « 'L’attaque contre Dieu » a fait croire à Son Fils qu’il était sans Père et de sa dépression, il a fait le dieu de la dépression. C’était son alternative à la joie, parce qu’il ne voulait pas accepter le fait que, bien qu’il soit lui-même un créateur, il avait été créé. Or, le Fils ne peut rien sans le Père, Qui est sa seule aide.

 

Le Fils de Dieu peut-il s’être vraiment séparé de son

Père?

Fils de Dieu, tu n’as pas péché, mais tu t’es fort trompé. Or, cela peut être corrigé et Dieu t’aidera, connaissant que tu ne saurais pécher contre Lui. Souviens-toi que ce que tu nies, tu as dû le connaître autrefois. Et si tu acceptes le déni, tu peux accepter qu’il soit défait.

 

Quel regard le Fils de Dieu doit-il avoir sur son

frère?

L’Amour de Dieu est dans tout ce qu’Il a créé, car Son Fils est partout. Regarde tes frères avec paix et Dieu Se précipitera dans ton cœur en reconnaissance du don que tu Lui fais.

 

Quel est le seul Dieu qui peut guérir et empêcher

de souffrir toi et ton frère?

Ne te tourne pas vers le dieu de la maladie pour guérir, mais seulement vers le Dieu de l’Amour, car la guérison est la reconnaissance de Lui. Tu n’es pas malade et tu ne peux pas mourir. Mais tu peux te confondre toi-même avec des choses qui le peuvent.

 

 

Quelle acceptation dois-tu faire pour te retrouver

tel que Dieu t’a créé?

Si tu t’acceptes toi-même tel que Dieu t’a créé, tu seras incapable de souffrir. Or, pour faire cela, tu dois Le reconnaître comme ton Créateur. Reconnaître ton Père, c’est te reconnaître toi-même tel que tu es. Ton Père t’a créé entièrement sans péché, entièrement sans douleur et entièrement sans souffrance d’aucune sorte. Si tu le nies, tu apportes le péché, la douleur et la souffrance dans ton propre esprit à cause du pouvoir qu’Il lui a donné.

 

 

Quelle est la connaissance qui amène la santé

d’esprit donc du corps aussi?

Dieu ne cessera jamais j’aimer Son Fils et Son Fils ne cessera jamais de L’aimer. Connaître cela, c’est la santé d’esprit. Le nier, c’est l’insanité. Si Dieu connaît Ses enfants sans péché, c’est un blasphème de les percevoir coupable. Si Dieu a créé Son Fils parfait, c’est ainsi que tu dois apprendre à le voir pour apprendre quelle est Sa Réalité. Ne perçois rien que Dieu n’ait pas créé, ou tu le nies. »

Extraits du texte d’« Un Cours en Miracles »